home

  • L'hospitalité comme règle de vie.

    Il y a peu de temps, j'ai effectué un voyage en pays étranger. Nous étions dans une région perdue, et n'avions aucun endroit où trouver de l'eau pour remplir nos gourdes, sinon chez l'habitant. Nous nous décidâmes à demander au premier village venu de remplir nos bouteilles. 

    La première personne à qui nous demandâmes de l'eau, était une vieille femme dont les rides avaient conservé la forme du sourire, qui fendait son visage en un éclat de dents inégales. Son foulard noué sobrement sur sa tête, elle compris à nos gestes évocateurs que nous avions grand soif. Alors dans son langage, et avec de grands gestes, elle nous invita à venir chez elle, et à nous asseoir autour de sa pauvre table. Embarrassés, nous obéîmes de peur de faire affront à son hospitalité. Alors nous vîmes arriver, l'un après l'autre, mille plats de thé et de gâteaux, du pain et tous les mets merveilleux qu'une femme peut inventer dans sa cuisine. Nous autres occidentaux aisés étions émerveillés et honteux de tout l'honneur qu'elle nous faisait, alors que nous n'avions presque rien à lui offrir en échange, si ce n'est nos sourires et nos conversations. 

    De retour à la maison, je voyais à chaque coin de rue ces hommes et ces femmes que la vie reflue aux bouches des métro, aux portes des églises et partout où la pluie ne passe pas. Je me disais que si, chaque soir, j'invitai une personne différente chez moi, qu'elle puisse bénéficier de tout le confort de l'électricité et du gaz, de la chaleur d'un bon bain et des remous d'un grand lit tendu de draps frais, j'aurais au moins remboursé à la vie une petite parcelle de ce que cette vieille femme nous avait offert dans le pays lointain. 

     

    L'hospitalité a une certaine saveur que j'aimerais garder longtemps.